Deux déceptions au cinéma

Publié le par Aurore

Deux déceptions au cinéma

Ouija: les origines. Film de Mike Flanagan.

Sorti le 2 novembre 2016 et vu le 5 novembre 2016.

Acteurs principaux: Annalise Basso, Elizabeth Reaser et Lulu Wilson.

À Los Angeles en 1965, une veuve et ses deux filles montent une nouvelle arnaque pour pimenter leur commerce de séances de spiritisme bidon. Chemin faisant, elles font involontairement entrer chez elles un esprit maléfique bien réel. Lorsque la fille cadette est possédée par la créature impitoyable, la petite famille doit surmonter une terreur dévastatrice pour la sauver et renvoyer l'esprit de l'autre côté…

Avis: 1/5

Autant dire que je n'ai pas choisi d'aller voir ce film... Et je ne l'ai pas du tout apprécié.

Un film qu'on dirait daté d'il y a 20 ans. L'histoire est vue et revue, aucun sentiment n'émane des personnages...

Rien pour rattraper ce film, si ce n'est la petite fille qui joue bien son rôle.

 

 

Deux déceptions au cinémaDeux déceptions au cinéma
Deux déceptions au cinéma

L'invitation. Film de Michaël Cohen.

Sorti le 9 novembre 2016 et vu le 10 novembre 2016

Acteurs principaux: Nicolas Bedos, Michaël Cohen et Camille Chamoux.

En plein milieu de la nuit, Léo réveille son meilleur pote, Raphaël. Sa voiture est en panne, à une heure de Paris. Hors de question pour Raphaël d’y aller… jusqu’à ce que la femme de sa vie le pousse hors du lit. Arrivé sur place, il découvre qu’il n’y a aucune panne mais du champagne, des amis et une fête improvisée… Léo a fait un test à l’amitié. Et si une amitié, une existence entière ne dépendait que de cette seule question : « Tu te serais levé, toi, pour aller dépanner un pote à 3h du matin ? »

Avis: 2/5

J'ai été voir ce film avec une grosse appréhension car je ne suis pas d tout fan de Nicolas Bedos...

Et j'ai bien fait. Je n'ai pas trouvé une grosse consistance à toute cette histoire. Rien de vraiment nouveau. Un jeu des acteurs relativement bon mais sans plus. Toutefois, une jolie Camille Chamoux qui donne un peu d'humanité aux deux garçons.

Deux déceptions au cinéma

Commenter cet article