BD Mania

Publié le par Aurore

BD Mania

Les vieux fourneaux tome 3: celui qui part. Paul Cauuet et Wilfrid Lupano. Dargaud. 2015.

Lupano et Cauuet se penchent cette fois sur le cas de Mimile, qui a passé sa vie à bourlinguer dans le Pacifique, entre bourre-pifs, rugby et amitiés au long court. Pirate un jour, pirate toujours ! En parallèle : Pierrot et son collectif Ni Yeux Ni Maitre jouent les abeilles tueuses, et Sophie apprend qu’à la campagne, on ne prend pas ses œufs de poule chez les vieilles chouettes. Bref, les « vieux fourneaux » sont de retour, pétant la forme !

Avis: 4/5

Un tome qui m'a beaucoup plu. J'ai retrouvé avec plaisir tous ces personnages. J'ai découvert les secrets de Mimile mais aussi de la voisine avec bonheur.

BD Mania

Mal de mère. Rodéric Valambois. Collection Quadrants. 2015.

L’alcoolisme d’une mère.

"L’histoire relate 20 ans de notre vie.
J’en suis le témoin et je raconte comment une famille heureuse devra renoncer à tout ce qui la construisait, perdre pied, devenir peu-à-peu une famille de cas sociaux. Je rends compte de l’évolution de chacun des membres de notre famill
e,

pas seulement de celui de ma mère. Mon père qui s’est rapproché de nous par nécessité. Moi qui me suis endurcis pour me protéger. Mon frère qui, plus tard, deviendra un homme assumant ses responsabilités. Ma soeur qui n’aura connu notre mère qu’en état de dépendance, contrairement à mon frère et moi-même. Ma mère qui, je ne sais pourquoi, a lâché prise, le cerveau bouffé et le corps bouffi. Et puis les autres : les tantes, grand-mères, amis, commerçants, médecins, psychiatres, policiers, ceux qui faisaient souvent mine de ne rien voir, nous tournant le dos, nous jugeant, et ceux qui, parfois, nous comprenaient et nous aidaient.
J’ai écrit cela en n’épargnant personne, mais sans acharnement. S’il y a des jugements, il n’y a pas de morale. Chacun a sa part d’ombre et d’humanité.
"

Avis: 4,5/5

Une BD très touchante sur l'alcoolisme d'une mère et comment son entourage le découvre puis vit avec.

Tout l'ouvrage est d'une justesse incroyable.

Commenter cet article